CUILLER A JIGGER STORM GOMOKU SLOW ROCKER 40GR

Tests Mer > Leurres Mer > Leurres Métalliques Mer

  

  

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.




Testeur :

 Olivier M - Non Sponsorisé

 


Usage du Test :

Pêche de petits pélagiques sur plage de sable noir avec tombants (Ile de la Réunion)

 


Données constructeur :

 40 g (grammage testé) - 70 g - 90 g - Coulant - Silencieux 

 

 
Sur mon spot préféré, en cette fin de mois de janvier, je m’avance tranquillement vers l’océan. Dans mon sac de pêche préparé la veille je m’apprête à monter un nouveau slow jig à tester. Cette fois, j’utilise le Gomoku Slow Rocker en 40 g de la marque américaine Storm. Fondée en 1968, cette société, rachetée par la firme Rapala, est une des marques les plus célèbres aux Etats-Unis. J’ai plusieurs exemplaires de ce leurre dans différents coloris. Certains pêcheurs locaux m’ont dit avoir pris des espèces vraiment exotiques avec ce leurre.   D’autres semblent désabusés par le peu de résistance de mon nouvel artifice. Qu’en sera-t-il de ma session de pêche ? Ce leurre est-il si peu robuste ? Quelles espèces cet attrape-poisson va-t-il me faire ferrer ?

 

 

CONSTRUCTION

 

La forme du Gomoku Slow Rocker est très compact. Il a une forme de ballon de rugby. Ses deux côtés sont asymétriques. Un des côtés est lisse, plat, régulier et totalement symétrique. L’autre côté est  lisse, bombé et asymétrique. A l’avant de ce flanc, il y a un petit renfoncement autour de l’oeil. A l’arrière, il y a aussi un toute petite niche. Cette forme doublement asymétrique permet à ce jig d’avoir une descente aléatoire et planante à l’horizontale. La chute est papillonnante à la manière d’une feuille morte. Le leurre commence et se termine par deux boucles en acier renforcé. 

 

 
Les yeux 3D sont rouges et noirs. Leur forme est élancée, ils ont l’air agressifs. Les pupilles sont centrées et orientées vers le haut. Du côté plat, Storm a sculpté un petit opercule qui protège bien l’oeil. Mais, du côté bombé, Storm n’a pas mis d’opercule. L’oeil est donc exposé à des décrochages. Personnellement, j’ai d’ailleurs perdu cet oeil sur deux Gomoku Slow Rocker en une seule session de quelques heures. D’une taille de 5 cm pour 40 grammes, ce leurre est très compact. Même, avec un vent fort de face, il se lance très loin. Il ne craint pas les alizés. 

 

 
Storm, filiale de Rapala, propose dans la gamme du Gomoku Slow Rocker trois grammages 40g – 70g – 90g. Cette gamme, bien choisie, semble faite pour cibler les grandes profondeurs et les courants assez forts. Huit coloris sont disponibles : un rouge très efficace de nuit, un argenté produisant de nombreux flashs, deux coloris naturels ultraviolets, deux versions zébrées dont une est à la fois ultraviolette et phosphorescente. Cette gamme est accessible partout dans le monde. Elle est suffisante et bien choisie. Malheureusement, après quelques sessions, le vernis et les couleurs disparaissent car la couche de peinture est trop fine. Il ne restera alors plus que quelques taches éparses. Si vous voulez préserver votre jig, il vous faudra vernir votre leurre tant qu’il est neuf.

 

 
L’armement du Gomoku Slow Rocker est minimaliste mais intéressant. A l’avant, un hameçon simple, de très bonne facture (VMC Hook Assist) , avec un assist rouge et des filaments brillants,  présente une forme particulière. Il est composé de quatre côtés presque rectilignes afin d’éviter les décrochages. De plus, il est inoxydable et extrêmement piquant. Le longueur du fils qui le retient est cohérent avec la taille de ce slow jig. A l’arrière, Storm a fait le choix de ne pas armer le Gomoku Slow Rocker. Ce choix permet de ne pas risquer des accrochages au fond. Il oriente la pêche vers une animation très lente et un ferrage à la descente. Personnellement, pour attraper les poissons qui montent sur le leurre, je l’équipe, en queue, avec un petit hameçon simple à assist très court. Ce petit artifice m’a rapporté de nombreuses espèces agressives et territoriales.

 

 

PERFORMANCES

  

Le Gomoku Slow Rocker est un jig très pêchant pour les débutants en slow jigging. Il s’anime tout seul avec un minimum de technicité. Pour cela, il suffit de le lancer très loin. Il faut le laisser tomber, au fond de l’eau, en contrôlant la descente en maintenant la bannière avec ses doigts, le pick-up ouvert. Puis, on fait des grandes tirées sur la bannière, canne haute et on laisse le jig redescendre lentement. On peut aussi faire des tirées plus courtes et plus nombreuses. Une animation classique, en slow jigging, qui permet un bon apprentissage. Personnellement, je l’utilise sur un spot avec de grandes profondeurs et un fond sableux. 

 

 

Ma canne Illex Element Rider X5 S 2404 M Nomad, associé à mon moulinet shimano Vanquish 4000 muni de la tresse coulante 8 brins (en P.E. 1,5/ environ 20,5 centièmes), suffisent à l’animer. Pour ce leurre, je préfère une canne courte qui m’offre plus de facilité sur un ferrage appuyé. En kayak de pêche, une canne courte de slow jigging vous évitera trop de fatigue. Elle vous permettra d’animer le jig pratiquement sans bouger. Vous soulevez le leurre, vous relâchez du fils et la canne fera le reste. Le moulinet sera plus gros pour plus de capacité (modèle 5000). Il devra avoir un frein puissant pour éviter que les poissons ferrés retournent dans leur trou. L’animation ne nécessite pas un haut ratio. Mais, pour remonter des profondeurs de gros poissons puissants, je vous suggère d’opter pour un ratio assez élevé.

 

 
Depuis la côte, j’utilise le Gomoku Slow Rocker lorsque les autres jigs ne fonctionnent pas. Ce leurre ne s’anime qu’exclusivement en slow jigging. Personnellement, je touche peu de carangues et peu de thonidés avec ce jig. Il ne semble pas intéresser les poissons suiveurs. Par contre, il est très attractif sur les poissons de fond. Il m’est arrivé de faire des pêches étonnantes avec lui. Malheureusement, sa durée de vie est très courte. La perte de sa couleur et sa sensibilité aux chocs (oeil notamment) me laisse un peu sur ma faim. 

 

 

Les Gomoku Slow Rocker ciblent essentiellement des poissons agacés par ses montées et ses descentes lentes. Avec une animation ralentie et proche du fond, on déclenche les attaques d’espèces défendant leur territoire en zone démersale . La touche apparaît souvent à la descente près du fond. Mais, parfois, l’attaque survient lors des premières animations. Avec des tirées (“pitch”) lentes, amples et des tombées (“fall”) variées, courtes ou longues, vous pourrez toucher aussi les carnassiers plus communs, comme les mérous et les carpes rouges. Les carangues se montrent parfois réceptive à cette vitesse d’animation.

 

 

RAPPORT PERFORMANCES/PRIX

 

Le Gomoku Slow Rocker de chez Storm est vendu à 9,95 euros pour la version 40gr, 10,80 pour le jig 70gr et 11,80 pour le Jig 90g. L’armement unique et la qualité du jig sont en adéquation avec ce petit prix mais il vous faudra certainement modifier ce leurre en y ajoutant un assist simple en queue ce qui fera grimper la note. En outre, la durabilité du Gomoku Slow Rocker est très courte. La peinture se ternit très rapidement car le métal est sensible aux impacts. Ce jig, bien que très efficace, demande de petite amélioration pour le rendre plus efficace. Il reste un excellent Metal Jig  pour les pêcheurs novices notamment grâce à son efficacité.

 

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

CONCLUSION