DEVON AUTAIN SPIDER

Tests Truite > Leurres Truite > Leurres métalliques

 

 

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

  

 

 

 

Testeur : Fabrice L - Non sponsorisé
  

Usage du Test : Pêche de la truite en ruisseaux et rivières
 
Données constructeur : 6 g
 
Données mesurées par le testeur : 4,5 cm de long sans l’hameçon et corps 2,5 cm - 6 g

                       

 

 

 

                                        

Nombre de pêcheurs aux leurres n’ont pas connu la traque de la truite à l’aide de devons. Cela fait des dizaines d’années qu’il n’est plus d’actualité. Afin de sortir des sentiers battus et pêcher différemment des autres, je me suis intéressé à ce petit leurre si original. Le choix étant mince car peu de marques le commercialise encore, c’est à Autain et à son modèle Spider que je me suis intéressé.

 

 

 

 

construction

 

 

 

Type :
 
Le Spider est un devon c’est-à-dire un leurre métallique avec deux ailettes et qui tourne autour d’un axe par la force du courant. Il est généralement conçu pour pêcher profondément et dans les fosses.

  

 

 

 

Conception : 
 
Commençons par la tige principale. Celle-ci mesure 4,5 cm de long pour cette version 6 g. Il y a une boucle à chaque extrémité pour fixer l’hameçon et attacher votre ligne. Cette tige est de très mauvaise qualité. En effet, il vous faudra moins d’une saison pour qu’elle soit irrémédiablement rouillée. À ce point, je n’ai jamais vu ça.
 
En queue, on trouve ensuite une petite bille en laiton puis le corps principal qui mesure 2,5 cm. Ce corps est enfilé sur la tige et tourne autour. Esthétiquement, il faut reconnaître qu’il est réussi. Mais il ne faut pas trop s’habituer aux jolies couleurs, pour les versions peintes, car quelques impacts sur des rochers les écaillent assez vite.
 
Par ailleurs, j’ai été étonné de voir que les ailettes ne font pas partie intégrante du moulage de ce corps métallique. Elles sont insérées et puis soudées. Ce qui les rend fragiles lors de chocs. Et s’il n’y a plus d’ailettes, il n’y a plus de leurre.
 
Enfin, une bille rouge en plastique est intercalée entre la partie principale et la boucle qu’on attache à la ligne. Pour ma part, elle s’est vite abîmée. Un éclat en est parti et la rouille de la tige l’a faite noircir.

  

  

 

 

Armement :
 
Un hameçon triple de petite taille est directement relié à la boucle de la tige sans anneau brisé. Celui-ci est à la fois fragile et sensible à l’oxydation. Bref, il est de piètre qualité. Vous pouvez toujours le couper et le remplacer par un anneau brisé et un hameçon simple en taille 8.

  

  

 

 

 

Offre :
 
Le Devon Spider est disponible en 4 couleurs : Argent, Or, Truite et Perche. Ces deux dernières sont des versions peintes très jolies avec un beau sens du détail et sont facturées plus chères que les deux autres.
 
Il existe deux tailles : 6 g et 9 g pour chaque couleur. Ils sont vendus à l’unité.

  

  

  

Une sacré déception que ce Devon Spider conçu par Autain. La qualité de fabrication est vraiment médiocre. Tous les composants sont fragiles et très sensibles à la rouille. C’est bien dommage car esthétiquement, il est plutôt réussi.

 

 

 

performances

 

 

J’ai utilisé ce leurre avec une canne spinning de 2,13 m  en puissance 3 - 12 g avec un moulinet en taille 2000, tresse de 8/100 et bas de ligne en fluorocarbone en 18/100 et parfois en nylon 16/100.

  

  

 

 

Lancers :
 
Avec sa forte densité et son poids important, le Devon Spider permet d’atteindre des distances impressionnantes. Il permet d’aller là où la majorité des leurres ne vous permettra pas de pêcher.

  

  

 

 

Conseils d’utilisation :
 
Pour résumer, je lui vois deux possibilités d’utilisation :
 
- En linéaire avec une récupération plus ou moins régulière sur des courants marqués à forts. Je le trouve peu utilisable sur des pêches vers l’amont car il descend très vite mais il pourra être pêchant entre la zone trois quarts amont et l’aval.
 
- Sur de grosses fosses ( au moins 2 m) où tout sens est envisageable à savoir vers l’amont ou l’aval. Par contre, ce sera dans ce cas plutôt en traction à partir du fond ou de la profondeur désirée.

  

  

 

 

Animation et Efficacité :
 
La deuxième animation proposée peut apporter quelques résultats mais, pour ma part, elle n’a jamais supplanté d’autres leurres de ma boîte prévus pour les grands profondeurs. L’été dernier, dans le gave de Pau, certaines fosses atteignaient plus de 4 mètres et il n’a malheureusement jamais fait la différence. Alors que des leurres souples fortement plombés et quelques leurres durs dont le Fiiish Powertail (en test sur le site) en version 44 mm pour 8 ou 12 g ont connu un certain succès. Même si les vibrations sont fortes pour un leurre de cette taille, il est petit et je pense que cela l’a desservi ici.
 
En lancer-ramener, il est plus intéressant. En faisant varier la vitesse de récupération, vous pouvez le maintenir à la profondeur désirée. Et ce n’est pas simple car il descend très vite au fond.
 
Ce qui m’a gêné c’est qu’il est difficile de savoir où il évolue dans la couche d’eau. En effet, à la truite, les eaux sont souvent assez claires et sur de grandes rivières, j’éprouve parfois le besoin de faire remonter mon leurre pour le voir. Avec une bonne vue et de bonnes polarisantes, pas besoin d’aller jusqu’à la surface mais cela permet de le visualiser quand il est à une trentaine de mètres, par exemple, pour ensuite savoir si vous le faîtes redescendre ou pas, quelle veine d’eau vous allez lui faire emprunter, etc.
 
Avec le Devon Spider, surtout dans les versions peintes comme la truite que j’ai le plus utilisée, sa petite taille et l’absence d’éclat ont rendu son observation compliquée. De plus, dans l’eau, son comportement est imprévisible. Avec une cuiller tournante ou un poisson nageur de qualité, vous savez globalement où il va aller et comment il va se comporter par rapport au courant. Avec ce leurre, c’est plus compliqué à prévoir car par moment, il fait un peu ce qu’il veut ! Cela peut être un avantage car il ira parfois là où vous ne l’envisagiez pas et touchera des poissons peu sollicités.
 
Attention, le Devon Spider a aussi la particularité d’être une formidable machine à vriller le fil. Aucune de mes cuillers n’est aussi « performante » dans ce domaine ! Si vous tenez un peu à votre monofilament, émerillon rolling obligatoire !
 
Bref, le Spider a l’avantage d’être original car il apporte des vibrations et une esthétique peu connue des poissons. Il peut être une alternative aux leurres plus classiques mais j’avoue ne pas avoir été emballé. Dans toutes les conditions où je l’ai utilisé, il a toujours été supplanté par d’autres leurres.

  

  

 

  

En plus d’une qualité de fabrication faible, l’efficacité du Devon Spider est limitée. Le seul point positif que je lui reconnais c’est la distance de lancer que l’on peut atteindre.

 

 

 

 

rapport performances / prix

 

 

En coloris or et argent, le Devon Spider est vendu à 6,90 euros. Quant aux modèles peints truite et perche, le prix monte à 10,90 euros. À 6,90 euros, la qualité de fabrication est déjà très insuffisante mais 4 euros de plus pour un peu de peinture c’est vraiment délirant. L’idée de base est pourtant bonne : un leurre qui, même s’il existe depuis longtemps, apporte des vibrations inédites et permet d’aller chercher les truites loin et en profondeur. C’est bien dommage qu’Autain n’ait pas réussi ce pari mais il aurait fallu pour ça que les pièces utilisées soient moins fragiles et résistantes à la rouille. Je ne conseille donc pas ce leurre aux débutants et pour les spécialistes, je vous laisse juge de la plus-value qu’il peut apporter à votre collection.

 

 

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

CONCLUSION